Edito

Je l’avais annoncé lors de la campagne municipale en 2014, «  la mandature 2014-2020 sera déterminante pour l’avenir de notre commune »… et elle l’est bel et bien !

Donner un nouvel essor à une commune après 70 ans d’idéologie et de gestion communiste est un réel challenge. L’ancienne équipe municipale a laissé les caisses vides, des dettes abyssales (170 millions d’euros), des habitudes de gratuité pour tous, de petits fours et de champagne pour les amis…

Autant de générosités passées financées à crédit qui se payent cash aujourd’hui, dans un contexte économique national tendu et avec un désengagement toujours plus massif des aides financières de l’État pour les collectivités locales !

Malgré ces difficultés économiques majeures, cumulées aux contraintes des transferts de compétences à Plaine Commune et à la Métropole du Grand Paris, l’équipe municipale et moi-même avons réussi à bouleverser la donne et à amorcer une dynamique nouvelle pour notre ville afin de la tourner résolument vers le futur.

En trois ans seulement, la transformation de la ville est en marche. Les prochaines années du mandat seront déterminantes pour rendre de plus en plus visible ces changements et négocier ce nouveau virage pour devenir une ville emblématique du futur Grand Paris.

Nous avons redéfini la programmation urbaine complète de la friche industrielle du quartier des Docks. Nous avons requalifié la deuxième phase de construction de ce quartier pour le rendre plus humain, plus commercial et agréable à vivre, et le connecter au reste de la ville en créant de nouvelles artères.

Nous sommes intervenus auprès de la CPCU et du Syctom pour qu’ils retravaillent leur projet d’intégration architecturale dans ce nouveau paysage urbain, afin d’améliorer cette cohabitation et d’accélérer le calendrier d’aménagement.

Nous avons su saisir les opportunités de projets structurants et fondateurs et mener de nombreux bras de fer pour défendre les intérêts des Audoniens, tout en développant la notoriété de Saint-Ouen-sur-Seine et sa place, désormais incontournable, parmi les villes de la petite couronne.

Dès les toutes premières semaines de notre arrivée, en 2014, nous avons su saisir l’opportunité du Programme national pour la rénovation urbaine pour y inscrire deux de nos quartiers.

Dans les mois qui ont suivi, nous nous sommes inscrits dans la course des villes pouvant recevoir le futur siège de la région Île-de-France que sa présidente, Valérie Pécresse, souhaitait délocaliser de Paris à la banlieue.

Au terme d’un long parcours éliminatoire, c’est finalement Saint-Ouen qui l’a emporté ; nous aurons donc la chance d’accueillir, dès février prochain, les premiers salariés de la Région qui seront, à terme, près de 2 500.

Pendant deux ans, nous avons bataillé avec l’État concernant l’implantation du futur campus hospitalo- universitaire du Grand Paris Nord. Grâce à notre ténacité, nous avons gagné, et la construction de ce chantier se fera bien à l’emplacement que nous avions défini. Nous avons également été retenus par le comité olympique pour être l’une des villes de Plaine Commune (avec Saint-Denis et l’Île-Saint-Denis) du périmètre d’accueil du village des athlètes dans le cadre des Jeux olympiques de Paris 2024.

Là aussi, c’est un énorme chantier et une transformation profonde de tout un quartier qui n’était pas prévue initialement dans l’élaboration de notre programme, en 2014.

En trois ans, nous avons programmé le développe- ment d’une véritable offre commerciale de proximité, accueilli des enseignes bio et de nouveaux restaurants et cafés pour répondre aux attentes des Audoniens et des salariés de la ville.

Nous travaillons à la construction d’une grand Halle gastronomique qui deviendra un lieu incontournable de Saint-Ouen-sur-Seine et de la vie parisienne. Identifiée comme « branchée », notre ville change progressivement son image.

En trois ans, le Manhattan est devenu un Mercure, le Café du coin un bistronomique, et l’espace Mariton un centre culturel des sciences et des arts. Un groupe scolaire et un gymnase ont vu le jour, le Château est en passe de devenir un musée, l’arrivée d’une résidence étudiante en partenariat avec l’Université Paris Dauphine est programmée, le conservatoire va être relocalisé pour doubler sa capacité d’accueil et le projet du Cap Saint-Ouen a été retenu par la Métropole du Grand Paris pour devenir un axe majeur de l’art contemporain, avec des expositions éphémères et le premier « design center » d’Île-de-France !

Jongler avec les difficultés financières au quotidien est éprouvant. Jouter avec Plaine Commune, par exemple dans le cadre du transfert de la compétence voirie ou pour le financement du nouveau Velib’, est consternant.

Batailler avec Paris 18e pour maintenir un équilibre acceptable du partage de la misère humaine est compliqué. Parvenir à regrouper nos deux structures de logement social au sein de la Semiso n’a pas été facile non plus.

Mais quand je vois tout ce que nous avons mis en œuvre en si peu de temps, la transformation profonde et l’orientation irrémédiable que nous avons réussi à insuffler à notre commune, je suis fier du bilan de mi-mandat que nous vous présentons aujourd’hui.

Je reste néanmoins lucide sur tout ce qui reste à faire. Alors, continuons ensemble pour le Saint-Ouen- sur-Seine que nous aimons tant. »

Votre Maire signature {GIF}

Flash info
logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens