Accueil Nos actions Billets d’humeurs & débats
Réflexions de retour de vacances
agrandir le texte
retrecir le texte
imprimer cet article
envoyer à un ami

C’est la rentrée, il faut y aller !Retour après quelques semaines de vacances.

Cela a permis de regonfler les batteries certes, mais également de prendre un peu de recul. Et chacun sait que prendre un peu de recul est toujours excellent. Car c’est là que me sautent aux yeux tous les trucs qui ne vont pas, qui agacent, qui peuvent être améliorés … à mon sens bien sûr, c’est-à-dire pour une maman de trois enfants qui a la chance d’avoir mis entre parenthèses sa vie professionnelle pour quelque temps, et qui peut, en éduquant ses enfants, profiter de notre ville de Saint-Ouen.

Alors voilà. Je me suis mise à rêver … d’un Saint-Ouen « autrement ». Et pourquoi pas ?

Ces vacances franco-franchouillardes m’ont données quelques idées et quelques envies aussi, pour ma ville que j’aime, mais qui pourrait être vraiment, mais vraiment beaucoup plus agréable à vivre si … si la municipalité cessait de se moquer des audoniens. C’est malheureusement la désagréable impression que je ressens lorsque je passe en revue certains des points qui pourraient être améliorés pour rendre le cadre de vie des audoniens plus agréable.

Prenons le cas des espaces verts : ils ne sont pas assez nombreux à Saint-Ouen ; sur ce point, tout le monde est d’accord. La zone des Docks, qui représente une surface de 100 hectares, est une opportunité extraordinaire pour remédier à ce problème. 100 hectares, c’est exactement la surface de l’Ile Saint-Denis, où a été créé un parc de 22 hectares. Alors, faisons au moins aussi bien que nos voisins, c’est le minimum, non ? Eh bien notre bonne municipalité de Saint-Ouen, qui affirme, à nos frais, avec force tambours et trompettes sa volonté de créer des espaces verts, envisage courageusement … 12 hectares. Incluant, tenez-vous bien, l’actuel Parc Abel Mézières. Une performance. Bravo la mairie, bravo les Verts, dont on sent l’influence grandissante dans la politique de notre Ville. D’autant plus qu’il ne s’agit, de toute évidence, que de l’application de la législation urbaine qui contraint les aménageurs et promoteurs à créer des espaces verts en fonction des mètres carrés constructibles. A Saint-Ouen, pour Monsieur Bentolila, le béton rapporte plus que le gazon.

Je passe sous silence le sublimissime jardin du RER C : pas une fleur ni un brin d’herbe, mais normal, c’est un « jardin minéral », nous indique la mairie, qui ajoute qu’il « mesure 1,7 hectare, c’est considérable » ; tout est relatif : la friche qui était à cet endroit avant la création de ce prétendu jardin avait une superficie de 3,3 hectares …

Je ne parle pas des haltes-garderies … Il n’y en a qu’une, remarquable certes, mais une pour 45 000 habitants, c’est un peu juste. Quant aux crèches, j’ai appris avec stupéfaction que notre Municipalité envisageait pour les Docks la création d’une crèche de 60 places, en raison des 4000 logements à venir dans les Docks. Intéressant, mais 60 places, c’est une misère ! Ce sont les ratios, nous répond notre Mairie, qui décidément semble n’avoir rien compris. Voilà qui devrait inciter les jeunes ménages audoniens à faire des enfants ! …. Mais bon sang, profitons des Docks pour permettre de satisfaire les demandes de place en crèche qui sont déjà sur liste d’attente depuis des mois : créons deux crèches et une deuxième halte-garderie ! Profitons des Docks pour mettre à la disposition des Audoniens des structures qui pour l’instant font défaut, non ?

Autre sujet : la propreté des trottoirs. Je suis devenue, peu à peu, une véritable experte en slalom pour éviter les déjections canines. Avec quelques ratés parfois malheureusement … car je me déplace généralement avec une poussette et deux jeunes enfants. Bravo les canisites et les caniparcs. Mais force est de constater que cela ne suffit pas. J’ai appris, en consultant le site de notre mairie, qu’un animateur canin faisait (lu sur le site de la Ville : www.ville-saintouen.fr) « de la sensibilisation sur le terrain avec sa chienne Kenza, [allant] à la rencontre des propriétaires de chiens afin de leur indiquer les emplacements des canisites, des caniparcs mais également [en les incitant] au ramassage individuel avec distribution de canipinces, indication des dépositaires de la canipince et localisation des totems (distributeurs de sacs pour les déjections). »
In-té-res-sant ! Mais je ne l’ai jamais vu, cet animateur canin. Merveilleuse initiative de la part de notre mairie, mais coûteuse pour le contribuable audonien, qui lui, du pied gauche, se rendra compte que cet excrément n’est pas fictif … Sanction éducative et pécuniaire peuvent aussi parfois inciter les maîtres à être plus propres que leurs toutous.

Voici donc les quelques réflexions de retour de vacances d’une mère de famille de 3 enfants, qui a la chance de ne pas travailler, et donc de vivre dans sa ville tous les jours, de la pratiquer, de la voir vivre, et qui considère qu’avec du bon sens, du sérieux, et le respect des audoniens, on pourrait faire de Saint-Ouen une ville vraiment agréable à vivre …

Signé M.A. de Gasquet

©rédactionnel : M.A. de Gasquet septembre 2007.

Envie de réagir à cet article ? Envoyez vos questions, commentaires via notre formulaire contact

logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens