Accueil Nos actions Billets d’humeurs & débats
La Démocratie, selon Jacqueline ROUILLON et ses infallibles amis socialistes
agrandir le texte
retrecir le texte
imprimer cet article
envoyer à un ami

Les socialistes de notre conseil sont de vrais spécialistes de la duplicité et de la langue de bois…

Le lundi 10 décembre 2012, devait se réunir la dernière séance du conseil municipal de l’année, avec un certain nombre de délibérations concernant l’entrée de Saint-Ouen à Plaine-Commune et, notamment, la désignation des conseillers communautaires (pour Plaine-commune) qui défendront les intérêts de notre ville.

Même si je reste hostile à cette idée, cette majorité va entériner cette erreur stratégique et politique d’adhésion intercommunale. Je considère donc que ces points ne sont pas à prendre à la légère et pourtant, à ma grande surprise, ils ne figurent pas à l’ordre du jour très chargé du 10 décembre, alors que cette désignation doit intervenir avant la fin de l’année.

56 délibérations à l’ordre du jour alors que depuis 15 ans elles étaient ENTRE de 30 et 40 maximum afin de permettre à l’expression démocratique d’exister. Mais depuis plus d’un an tout est mis en œuvre pour étouffer les interventions des élus qui posent peut être les bonnes questions sur le fonctionnement opaque de l’action municipale.

Par exemple, certaines mesures ne nous ont pas trompés, comme cette volonté de sortir le public de l’enceinte de la salle du conseil, ou la dépense de 47000 euros pour permettre au maire de choisir de donner la parole à l’élu de son choix et de couper le micro aux élus d’opposition si les questions deviennent trop embarrassantes.

Encore plus étrange, la fin des comptes rendus intégraux des débats dont l’opposition s’est saisie et a fait valoir que le droit administratif était bafoué sur la commune de Saint-Ouen et obtenir l’annulation de certaines délibérations illégales.

Depuis des mois, nous alertons le Maire sur le fait que les ordres du jour des conseils municipaux étaient trop chargés, ne réunissant pas les conditions d’un véritable débat démocratique.

Face à cet entêtement, nous avons appelé le groupe Socialiste à intervenir et à peser de tout son poids pour contraindre le Maire à revenir à la raison, avec le retour de séances mensuelles et non plus tous les deux ou trois mois comme c’est le cas actuellement, alourdissant ainsi les ordres du jour.

Malheureusement nous n’avons pas été entendus, et lors de la séance du 1er octobre (après 3 mois sans conseil), nous avons eu la désagréable surprise de constater que l’ordre du jour comportait pas moins de 54 délibérations.

Un record absolu qui a conduit à une séance de 7h30 (18h => 1h30), avec des points importants en fin de séance quand les élus sont bien épuisés et ne demandent qu’à aller se coucher.

Nous pensions alors avoir atteint le paroxysme du déni de démocratie mais pensez-vous, c’était sans compter sur Jacqueline Rouillon et le soutien infaillible du groupe Socialiste qui semble se spécialiser dans le maniement du double discours ! Une position de soumission devant les méthodes du Maire, et face aux Audoniens et militants, des discours et déclarations d’intention belliqueuses, voire de scission.

Les socialistes de notre conseil sont de vrais spécialistes de la duplicité et de la langue de bois…

Pourtant en refusant simplement de venir à des séances aussi chargées, et en ne permettant pas au maire d’avoir son quorum dés le début de la séance, le groupe Socialiste, avec la participation des élus de l’opposition, aurait pu contraindre Madame le Maire à revenir à plus de démocratie.

Mais qui ne dit mot consent, et l’argument consistant à se défausser derrière une quelconque loyauté et appartenance à la majorité quand la démocratie est bafouée, n’est qu’une vaste fumisterie !

A ce titre les sénateurs communistes, menés par l’ancienne directrice de cabinet de Jacqueline Rouillon, n’hésitent pas, eux, à mêler leurs voix avec l’opposition bien plus à droite au Sénat que notre opposition municipale composée de citoyens engagés et peu politisés.

Nous sommes donc assurés de vivre à nouveau une séance longue et pénible pour défendre l’intérêt commun. Et, le fait que les délibérations obligatoires pour l’adhésion à Plaine-Commune n’y figurent pas, nous laisse présager la convocation d’une autre séance avant la fin de l’année, sans avoir préalablement pris la peine de travailler en amont et en concertation avec l’ensemble des élus.

Madame Jacqueline Rouillon sait pertinemment que les élus ont des obligations familiales et professionnelles et devraient donc être en mesure de planifier ces rendez-vous majeurs de la démocratie locale.

Mais ceci n’est peut-être pas le fruit du hasard, mais un calcul politique dont notre Maire a le secret et toujours –bien évidemment- avec la complicité passive des élus socialistes…

Madame Le Maire avec ses colistiers -socialistes et pseudo verts- souhaitent ils réellement que les conditions d’un débat démocratique soient réunies  ?

La réponse ne trompe plus les Audoniens… C’est non, et tant que les socialistes se coucheront devant ce régime autoritaire et abusif, les méthodes claniques feront office de politique municipale.

A Saint-Ouen, avec Jacqueline Rouillon, les choses sont décidément formidablement démocratiques et populaires !

Par exemple : nous connaissons depuis plusieurs semaines la date de remise de décoration de Madame le Maire, mais à ce jour, nous ne connaissons pas la date du conseil municipal qui désignera nos représentants à Plaine-Commune.

Nous voyons donc clairement les priorités de Madame le Maire et j’ai la faiblesse de croire que ceci explique sans doute l’état dans laquelle se trouve notre commune aujourd’hui…

En conclusion, je m’adresse aux élus du groupe Socialiste, en leur signifiant qu’en participant au conseil le 10 décembre à 18 heures, vous contribuerez au déni de démocratie orchestré par Jacqueline Rouillon et à son règne absolu, que par ailleurs vous dénoncez lorsque vous êtes face à vos militants.

Sachez donc Mesdames, Messieurs les élus socialistes que les Audoniens et vos militants apprécieront et s’en souviendront, le jour où vous tenterez de les convaincre qu’il faut faire barrage à Jacqueline Rouillon.

William DELANNOY

logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens