Accueil Nos actions La Tribune du Maire
Augmentation des impôts locaux : +45 %, décryptage
agrandir le texte
retrecir le texte
imprimer cet article
envoyer à un ami

La hausse de 4,89 points des taux communaux de la taxe d’habitation et de 5,25 points des taux de la taxe foncière est un effort important demandé aux Audoniens, mais cette décision a été rendue obligatoire par la situation financière très dégradée dont a hérité l’actuelle majorité. De nombreux Audoniens interpellent le maire ou lui écrivent à propos de cette forte hausse de leurs impôts. Une réaction légitime que comprend parfaitement William Delannoy, qui souhaite leur apporter une explication.

« À la fin de l’exercice 2013, la dette de la collectivité atteignait près de 150 millions d’euros »

William Delannoy. Avant toute chose il est important que je vous rappelle qu’à la fin de l’exercice 2013, la dette de la collectivité atteignait près de 150 millions d’euros, plaçant Saint-Ouen à la limite de l’insolvabilité et la faisant passer du 3e au 2e rang des communes les plus endettées de France.

À cette situation catastrophique s’ajoutaient des problématiques de gestion interne concernant la progression incontrôlée de la masse salariale (62 % des dépenses contre 53 % pour les communes de petite couronne de même démographie) et les conséquences financières importantes liées aux investissements pharaoniques engagés par l’ancienne majorité tels que le programme urbain de la ZAC des Docks, auquel la Ville apporte une participation à hauteur de 100 millions d’euros, la Maison des associations (6 millions d’euros), le bâtiment Valéo (14 millions d’euros)…

Déjà, en 2012, dans son rapport d’observations, la chambre régionale des comptes d’Ile-de-France soulignait « l’insuffisance persistante de la maîtrise des charges de personnel » et « le niveau d’endettement accru d’un tiers entre 2007 et 2009 lui faisant atteindre des niveaux inquiétants […] pouvant entraîner un sinistre budgétaire auquel sa situation financière pourrait difficilement lui permettre de faire face ».

« Un désengagement sans précédent de l’État » Non seulement nous avons « hérité » d’un bilan catastrophique, mais en plus, notre commune est confrontée à de nombreux nouveaux défis : • un désengagement sans précédent de l’État (-21,5 millions d’euros de dotations pour la commune de Saint-Ouen

sur la période 2014-2018, auxquels s’ajoutent 1 million d’euros par an pour financer la réforme des rythmes scolaires) ;

• une dynamique démographique qui génère des dépenses d’équipements importantes, telles que la construction de deux futurs groupes scolaires (près de 20 millions d’euros l’unité) ou de crèches (1,5 million d’euros l’unité) ; • la mise en conformité de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite aux bâtiments publics. La commune ne dispose que de peu de temps (jusqu’en 2019) pour cette mise aux normes, ce qui représente un budget de 14 millions d’euros d’investissements sur quatre ans, sans aucune participation de l’État – ce qui, bien sûr, n’avait pas été réalisé, ni programmé ni budgétisé par l’ancienne majorité.

Il est important de ne pas oublier également que nous héritons d’équipements vétustes (stade Bauer, patinoire, centres de vacances, bâtiments amiantés…) qu’il faut entretenir, réparer, voire reconstruire.

« La municipalité a engagé un plan d’économies de grande envergure qui a permis de diminuer nos dépenses courantes de plus de 6 millions d’euros sur les six derniers mois de l’année 2014 »

W. D. Au regard de tous ces éléments factuels, j’espère que vous comprenez mieux la situation financière extrêmement difficile à laquelle nous devons faire face. Soyez-en certains, ce n’est pas de gaîté de coeur que notre nouvelle majorité municipale a eu recours à l’impôt… C’est juste qu’il n’y avait plus aucune autre solution possible, malgré une réduction massive des dépenses. Nous avons engagé un plan d’économies de grande envergure qui a permis de diminuer nos dépenses courantes de plus de 6 millions d’euros sur les six derniers mois de l’année 2014 et j’ai demandé à l’administration de poursuivre son travail de réduction des dépenses sur l’ensemble du mandat.

Un certain nombre de chantiers ont d’ores et déjà été lancés à Saint-Ouen, engageant définitivement la commune dans une démarche de gestion vertueuse des deniers publics, dans l’esprit du récent rapport de la Cour des comptes qui invite les collectivités à envisager le non-remplacement automatique des fonctionnaires partant à la retraite, à maîtriser l’absentéisme et à réduire le recours aux heures supplémentaires.

Je m’y engage, cette hausse des impôts, qui ramène Saint-Ouen au niveau moyen de fiscalité des communes environnantes, sera la seule du mandat. Les Audoniens ne seront pas davantage mis à contribution. Que l’État prenne enfin ses responsabilités !

Extrait du journal de Saint Ouen Sur Seine N° 4 de Décembre 2015

©rédactionnel : audonien.com 25 Novembre 2015

Envie de réagir à cet article ? Envoyez vos questions, commentaires via notre formulaire contact

logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens