Accueil Editorial
William Delannoy Maire de St Ouen Vice-président de Plaine Commune
agrandir le texte
retrecir le texte
imprimer cet article
envoyer à un ami

L’éducation reste une de nos priorités. Nous l’avons affirmé depuis le début du mandat en 2014, les enfants sont notre avenir et nous voulons qu’ils puissent apprendre et se former dans le meilleur environnement possible.

Ainsi, lors du vote du budget 2018, en début d’année, un million d’euros a été alloué pour l’entretien, la rénovation et l’aménagement de nos écoles maternelles et élémentaires.

Mais s’il est de notre devoir d’entretenir nos équipements scolaires, comme l’ensemble de notre patrimoine municipal, il est plus contestable de devoir investir aujourd’hui massivement dans une école en particulier parce que rien n’a été fait avant.

En effet, comment expliquer que nous avons dû impérativement consacrer cet été plus de la moitié de ce budget pour la seule école Bachelet ? Je tiens dans cet édito à vous expliquer pourquoi nous avons procédé à ces travaux indispensables. Nous l’avons fait parce que cette école en préfabriqué date des années 1960 et qu’elle était censée, à l’époque, être une solution transitoire.

Mais il y a des solutions qui durent et qui perdurent. Bachelet en fait partie. Génération après génération, elle a continué d’accueillir des enfants et leurs parents, qui se plaignent de ce qu’elle est encore debout.

Pendant ses vingt ans de règne, l’ancienne maire et ses équipes municipales successives ne se sont jamais préoccupées de trouver un nouveau terrain pour en ériger une nouvelle en remplacement. On me reproche souvent de « ressasser », de « revenir sur le passé », mais je suis obligé de vous en parler parce que, pour construire la ville de demain que vous appelez de vos vœux, nous devons faire avec l’héritage du passé !

Nous ne pouvons pas en faire abstraction. Les choix d’hier ont une incidence directe sur les possibilités de transformation, les priorités à déterminer et les budgets à y consacrer ! Chacun d’entre nous est à même d’entendre que ça ne coûte pas le même prix de construire sa maison sur un terrain nu ou d’hériter d’une ruine pleine de malfaçons qu’il faut entièrement retaper et mettre au goût et aux normes du jour.

Alors oui, je le répète, je le dis et le redirai encore… l’héritage que nous a laissé l’ancienne équipe municipale est lourd, très lourd de dettes, et nous payons tous les jours les gabegies d’hier, les choix hasardeux, les choix esthétiques douteux et les priorités qui étaient volontairement investies dans la poudre aux yeux pour distraire plutôt que dans des choix rationnels et durables de construction d’école, par exemple ! Ma majorité et moi- même avons à cœur de transformer sur le long terme notre commune en privilégiant la qualité, l’esthétisme et le bien-être. C’est dans cet esprit que l’école Jean de la Fontaine, en cours de construction rue de l’Alliance, ouvrira ses portes en 2019.

Il restera encore trois autres groupes scolaires à bâtir pour répondre aux besoins d’une ville en plein développement, sans oublier d’entretenir les écoles existantes… Voilà mon job !

Votre Maire

logo
Video

logo
Agenda
ecitoyen
Newsletter
Inscrivez-vous à notre lettre d'unformation
 
facebook   facebook
Audonien enchaine
Archives
Association
Plan du site
Contacts
Mentions légales
Liens